NOM : CHER   Prénom : Hazade   Statut actuel : conteuse en mal d’archive  

Ce texte a paru initialement dans le carnet “Les Parleuses”. Intermédialité, gender studies, figures et mythes du féminin, à l’occasion d’un atelier intitulé “Un Jour, Une Parleuse”.  

“Un Jour, une Parleuse” est un portrait de femme (autrice, personnage historique, artiste, journaliste…etc) posté une fois par semaine sur le carnet et les réseaux sociaux du Collectif,  de juillet à octobre. L’exercice consiste à “écrire environ 250 mots sur une femme ou personne queer qui a ouvert la voi (e)x, de joindre trois photos/images, une  citation de la personne et des pistes –pour aller plus loin… (BD, podcast, documentaire…)”, sous l’égide de Mathilde Leïchlé & Khadija Benfarah. Le premier épisode a été consacré à Shéhérazade, conteuse des Mille et une nuits.” 

Il est ici reproduit avec l’aimable permission des responsables de l’atelier.   


Itinerrance


©Rimbaud en octobre 1871 photographié par Étienne Carjat

© Shéhérazade, Sophie Gemgembre Anderson

 RIMBAUD : Votre conte est tout aussi étrange mais il est bien moins amusant.

SHÉHÉRAZADE : C’est que celui-là, je ne l’ai pas inventé.

RIMBAUD : Je n’ose pas vous demander qui vous êtes ?

SHÉHÉRAZADE : Allons, vous savez bien que je suis Shéhérazade !

RIMBAUD : Shéhérazade, rien que ça ! Excusez-moi, mes hommages, princesse.

SHÉHÉRAZADE : Vous ne me croyez pas ?

RIMBAUD : Je vous crois les yeux fermés.

SHÉHÉRAZADE : Et vous, qui êtes-vous ?

RIMBAUD : Disons que je suis Rimbaud.

SHÉHÉRAZADE: Je ne vous imaginais pas comme ça.

RIMBAUD : Alors vous me croyez ?

SHÉHÉRAZADE : La question n’est pas là. Vous pouvez être Rimbaud. Cela me suffit. Et je trouve tout à fait excitante l’idée de notre rencontre.

RIMBAUD : Excitante ?

SHÉHÉRAZADE : Voyons, Arthur, c’est la rencontre de la parole et du souffle, de la sagesse et de l’innocence, du rire et des larmes, de la danse de l’esprit et de la transe des mots.

RIMBAUD : La rencontre n’est qu’exception, c’est la séparation qui est la règle.

SHÉHÉRAZADE: Alors, soyons exceptionnels, l’espace d’un moment. (Abdellatif Lâabi, Rimbaud et Shéhérazade, La Différence, Paris, 2000, p.88-89.)

 

Entre Shéhérazade et la Parleuse: et si tu nous racontais une histoire!

N., Une Parleuse :

 −Chère شهرزاد, Shéhérazade, Shahrazâde, Cher-Hazade, et si tu nous racontais une histoire ! (Enfin surtout la tienne, la seule qui demeure pour le moment introuvable mais, ne t’inquiètes pas, une enquête dans l’intérêt des personnages de fiction en mal d’existence est en cours −je la mène depuis maintenant quelques années, tu seras informée de son évolution par le biais de l’avocat des petites vierges que tu as sauvées!) 

Shéhérazade :

−Sachez-le, lecteur.rice.s, je suis tellement contente que Les parleuses (un groupe de jeunes chercheuses né il y a quelques mois) aient consacré une section de leur carnet intitulée « Un jour, une parleuse » dédiée aux femmes, et surtout agréablement surprise qu’on m’ait même réservé quelques lignes pour que je puisse enfin parler de moi (même si−je vous l’accorde−j ’aurais pu le faire pendant mes Mille et une Nuits  sauf que la présence de Shahrayar, un homme mi-sultan mi-tueur en série me mettait vraiment mal à l’aise.)

Détrompez-vous, je ne suis ni sultane ni princesse mais simplement la fille du grand vizir. N’ayant pas eu le temps (ou peut-être le courage ?) de mettre des mots sur ma personne, je profite de l’espace de parole que m’offrent Les Parleuses pour vous donner un peu plus d’informations sur moi, au cas où cela vous intéresse.

Vous le savez peut-être déjà mais, je suis presque bâtarde enfin je veux dire que mes origines sont hybrides ; une chose est sûre mon prénom vient du persan « Šahrzād » et veut dire « enfant de la ville ». Je m’appelle Shéhérazade, fille aînée de Dandan le grand vizir, et aux dernières nouvelles symbole de la femme érudite «fort instruite et diaboliquement rusée1 ». Certains disent que j’incarne l’engagement et le dévouement, l’éloquence et le savoir face à « l’obscurantisme des gouvernants2 ». D’autres pensent que mon récit est une fable sur la puissance de la Parole, car figurez-vous, non seulement je libère les femmes, mais aussi les hommes notamment Shahrayar que j’arrache à « sa folie suicidaire3». Il paraît aussi que ma parole témoigne d’une possibilité de transformation : la parole-vie ouverte à la possible aventure d’être libre, qui triomphe du silence-mort. Hourra ! C’est que j’avais déjà compris que raconter des histoires fait rêver les gens (en l’occurrence le roi de Perse Shahrayar) et permet, par là même, de les hypnotiser.

 Dès le XVIIIème siècle, des gens de partout ont découvert qui je suis, grâce au génie d’un traducteur nommé Antoine Galland que je remercie au passage. Et depuis, on me cite partout et pour tout vous dire je suis moi-même abasourdie de mon potentiel de vitalité (ou pouvoir de contagion épidémiologique comme dit l’autre)! C’est quand même inouï, encore en 2019, certains s’obstinent à déceler le mystère du personnage que je suis.  D’autres ont fait une lecture politique de mes contes. C’est ainsi que je suis devenue dépositaire d’une parole-faire et donc d’un agir féminin lointain dans le temps et dans l’espace4. Résistante et créative, j’ai su rivaliser avec Sharayar qui trahi par sa femme, a décidé d’épouser chaque jour une vierge pour la tuer au lever du soleil, sans oublier qu’à mon tour (c’est le cas de le dire), je pourrais être une variante de la femme qui cherche à tromper son époux.

Moi, Shéhérazade, la conteuse, je me définis comme la métaphore de la Parole5 que l’on ne cesse de retrouver dans des narrations et/ou fictions qui racontent leur propre genèse, ou éventuellement leur ruine (les écrivains en «panne d’inspiration» comme Edgar Poe dans Le Mille et deuxième conte de Shéhérazade ou encore de Shéhérazade alias Azadâh Khanôm volant au secours de son romancier Charifi sous la plume de Réza Barahéni6. Par ailleurs, un certain Jamel-Eddine Bencheikh (collaborateur avec André Miquel à la traduction des Mille et Une Nuits pour la Pléiade) pense que je ne raconte pas mais que je mime le drame ( mon propre drame ainsi que celui de toutes les femmes à l’époque, condamnées à mourir le lendemain de leur nuit de noces pour expier la faute de l’épouse infidèle du sultan Shahrayar7). À vrai dire, Bencheikh n’a pas tort sur ce point.

Tenez-vous bien, la suite de mon histoire est tout aussi attachante. Je me suis donc portée volontaire pour épouser Shahrayar et en découdre avec son aberration. Le soir de nos noces, je l’ai attendu. Il est venu. Il a éteint la seule lampe qui éclairait la chambre. Et l’obscurité a ainsi régné. Après avoir fait l’amour sur un lit en velours sang, et pour éviter le sort de mes semblables, je me suis mise à apprivoiser ma mort dans ma nouvelle vie. En réalité, c’est ma sœur Duniazade qui−cachée sous notre lit pendant nos ébats, est sortie de sa planque pour me demander de lui raconter un de mes contes magiques (pas mal comme stratagème hein !) Je raconte. À l’aube, je me tais. Suspens. Sursis. Promesse de vie et ainsi de suite. Voilà un peu tout. De la lampe merveilleuse d’Aladin aux Ruses des femmes et au Portefaix et les trois Dames, passèrent mille et une nuits d’histoires que j’inventais de toutes pièces et qui ont apparemment amadoué le Roi des Rois sassanide, parce qu’elles m’ont valu d’abord un sursis et ensuite la Vie.

Voyez-vous, je suis donc une fille de la ville qui, au lieu de se réjouir des pauses henné dans son hammam, de cueillir le jasmin pour son thé vert dans son jardin pompeux agrémenté de toute sorte de fleurs, de bien dessiner ses extatiques yeux avec du khôl, a décidé d’affronter un fou furieux. C’est que petite, on m’avait dit que j’avais la beauté méphistophélique (ou presque) et la bravoure d’une chevalière en armure (si elle existe !)

Maintenant vous êtes au courant, je m’appelle Shéhérazade et je suis une femme, une voix, une mémoire-réservoir, une parole (sur)vivante et un tiroir à histoires. Je vois venir vos demandes pour que je vienne prendre en charge d’autres dirigeant.e.s mal barré.e.s, vous savez ce qu’il vous reste à faire, vous n’avez qu’à demander mes coordonnées aux Parleuses!

Voici quelques un.e.s à qui j’ai pu inspirer quelque chose

Il y a d’abord une Joumana Haddad : celle qui me déteste au point de m’assassiner (on commence avec elle, disons avec ma mort pour que je puisse re- naître dans ce qui va suivre), J’ai tué Scheherazade, traduit de l’anglais I Killed Scheherazade par Anne-Laure Tissu, Sindbad, 2010.  

Ensuite, il y a Leila Sebbar qui s’est amusé à jongler avec les lettres de mon prénom, avec ma chevelure et la couleur de mes yeux : Shérazade, 17 ans, brune, frisée, les yeux verts, Bleu autour, 2010.

Dans le cinéma, Pierre Gaspart-Huit a relaté mon histoire et j’étais la belle Anna Karina, « Shéhérazade », 1963.

On a aussi chanté pour moi : la diva Fairuz m’a donné la parole à l’Olympia en 1979, « Shahrazad », https://www.youtube.com/watch?v=HGs4Bv9qLJI

Vous pouvez, de plus, me croiser dans des BD : Craig Thompson, Habibi, Pantheon, 2011.

Et enfin me voilà (est-ce que je ressemble réellement à ça ? Je n’en suis pas sûre !) 

     © Shéhérazade et le sultan par le peintre perse Sani Ol-Molk (1849-1856)

      © Shéhérazade, René Magritte, 1950

© Elsa Mroziewicz, Shéhérazade, la conteuse des Mille et Une Nuits… Illustration sur l’origine des légendes & le pouvoir de la parole, des histoires, 2018


NOTES

  1. Malek Chebel, Psychanalyse des Mille et Une Nuits, Payot & Rivages, Paris, 1996, p. 202. []
  2. Ibid. []
  3. Mourad Djebel à propos de ses Cinq et Une nuits de Shéhérazade, « Entre écrit et oral : le conte, voyage aux rives multiples », entretien avec Nathalie Carré, publié en ligne, Africultures, le 04/04/ 2011. []
  4. Marie Lahy-Hollebecque, Le Féminisme de Schéhérazade, la révélation des Mille et Une Nuits, Radot, Paris, 1927, réédité sous le titre Schéhérazade ou l’Éducation d’un roi, Puiseaux, Pardès, 1987. []
  5. Si l’on croit à ladite 602è nuit énigmatique -introuvable dans presque tous les manuscrits et toutes les versions des Nuits et dont seulement Borges parle- où on dit qu’elle raconte au sultan sa propre histoire. Voici ce qu’en dit Borges dans « Le jardin aux sentiers qui bifurquent » : « […] Je me rappelai aussi cette nuit qui se trouve au milieu des 1001 Nuits, quand la reine Shéhérazade (par une distraction magique du copiste) se met à raconter textuellement l’histoire des 1001 Nuits, au risque d’arriver de nouveau à la nuit pendant laquelle elle la raconte, et ainsi à l’infini » (p. 100), Fictions, Gallimard, Paris, 1965. []
  6. Réza Barahéni, Shéhérazade et son romancier ou l’Auschwitz privé du Dr Charifi, traduit du persan par Katayoun Shahpar-Rad, Fayard, 2002. []
  7. Jamel-Eddine Bencheikh, Les Milles et Une nuits ou la Parole prisonnière, Gallimard, Paris, 1988. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search