Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits

 

Salman Rushdie, Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, Actes Sud, 2016. Illustration de couverture: ©Eugenia Loli

Nous racontons cette histoire telle qu’elle est parvenue jusqu’à nous au travers de nombreuses versions, de bouche à oreille, d’oreille à bouche, à la fois l’histoire du coffret empoisonné et celle des histoires qu’il contenait et dans lesquelles était dissimulé le poison. C’est ainsi que sont les histoires, une expérience, reprise par de nombreuses voix auxquelles parfois nous attribuons un nom collectif, Homère, Vālmīki, Vyāsa, Schéhérazade. En ce qui nous concerne, nous nous contentons de nous désigner par “nous”. “Nous” sommes la créature qui se raconte des histoires pour comprendre quelle sorte de créature elle est. En parvenant jusqu’à nous, les histoires se dépouillent de l’époque et du lieu, perdent la spécificité de leur origine mais gagnent la qualité de pures essences et deviennent simplement elles-mêmes. Et par extension, ou dans le même ordre d’idées, comme nous nous plaisons à le dire, sans savoir quelle est ou quelle était l’idée en question, ces histoires deviennent notre savoir, ce que nous comprenons et ce que nous sommes, ou peut-être devrait-on dire, ce que nous sommes devenus ou ce que nous pouvons éventuellement être.” (pp.204-205)


Salman Rushdie, Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits traduit de l’anglais Two Years Eight Months and Twenty-Eight Nights par Gérard Meudal,  Actes Sud, 2016.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search