Bouteille à la mer

Chère Joumana,

Ceci n’est pas une bouteille à la mer.
Mais ça aurait dû l’être…S’ il n’y avait pas eu UN MOT.

Le propre d’une bouteille à la mer c’est qu’elle ne sait rien de son destinataire. Et encore moins de son destin (ou du moins elle le croit). La mienne a ceci de particulier : elle connaît son adresse : la boîte aux lettres de l’écrivaine Joumana Haddad. En revanche, elle ignore les circonstances de son arrivée et entre-temps, elle ne cesse de fantasmer sur la manière dont elle sera accueillie, sur les mots qui vont l’apprivoiser s’intercaler. Il lui arrive aussi de rêver faire des vœux qui peuvent se formuler ainsi :

L’heure n’a pas d’importance. Ouverture dans la précipitation.

NE-PAS-LIRE tout de suite le message.Boudez-le. Mais non. Si, si, boudez-le ! Revenez vers lui quelques jours après.Lisez, si possible, une seule ligne par jour / Préférence pour la NUIT. Peu avant l’aube (si l’on est lève-tôt). Mais un goût prononcé l’idéal serait d’être insomniaque.

Chère Joumana, ma bouteille à la mer est plus qu’une bouteille ; elle est divinement thaumaturge ! (Ce qu’elle ne sait pas encore !) Elle est aussi un personnage. De fiction, le jour, d’une céruléenne réalité quand la nuit s’illunait ; et à force d’y penser, j’ai fini par la métamorphoser en sylphide dont j’apprécie la compagnie ; et depuis elle m’aide à ne plus fuir le réel (s’il existe).

Dans cette bouteille, vous imaginez bien qu’il y a un bout de papier.

Tout ce qu’il y a d’ordinaire. Le message n’est pas trop long. Il n’est pas court non plus. Si mes souvenirs sont bons, j’ai oublié ce que j’y avais noté.

Ce qui veut dire que je n’ai aucune idée sur sa longueur.

Si ma mémoire ne me trompe pas, il y était question d’un extrait de votre livre, chère Joumana ; je parle bien sûr de [Vous avez] tué Schéhérazade. Quelques lignes avec lesquelles je n’étais pas tout à fait d’accord ; en raison de quoi j’ai essayé de m’interposer, non pas pour sauver S. (elle était déjà partie) mais simplement, dans l’espoir de changer le cours de l’histoire. Autrement, la réécrire à rebours ; j’avais proposé comme titre de bonus : J’ai-tu-es Shéhérazade.

En gros, ce que j’ai essayé de faire:

  • Schahrayar ne tue pas les femmes. Et un beau jour, des génies-femmes s’emparent de son royaume.
    Conséquence : Le génie-père vient chercher ses génies-filles et au passage il exige à Schahrayar−qu’il interpelle entre les haricots et les tomates− de lui raconter des histoires s’il veut reprendre son poste de sultan presque déchu. Schahrayar, le sultan devenu jardinier décline l’offre et décide de cultiver son minuscule jardin jusqu’au jour où il mourra mordu par une génie-née la veille déguisée en serpent pendant qu’elle jouait à cache-cache avec ses petites voisines…
  • Shéhérazade n’épouse pas Schahrayar.
    — Conséquence : elle se consacre à autre chose. Je ne sais pas encore laquelle. Mais elle a coupé ses longs cheveux et a acheté une robe fleurie à deux balles de la grotte-friperie tenue par la génie-mère venue chercher génie-père qui l’a mise enceinte d’un génie-garçon avant de se lancer dans sa chasse aux génies-filles en cavale.
  • Joumana ne tue pas Shéhérazade ou elle essaie de le faire sans y parvenir.
    — Conséquence : j’y réfléchis (encore).

Seulement, chère Jouamana, il se trouve que le sort de ma bouteille à la mer, dont le message peut être maintenant entre vos mains a été complètement chamboulé le 26 juillet 2019, aux alentours de 18h30.

Après une courte sieste, j’étais en train de me préparer un café. J’essayais vainement de me reconstituer les pièces du cauchemar que je venais de faire (amnésique, silence, adresse oubliée, le reste je ne m’en rappelle plus) Une chose est sûre, en sirotant mon café turc, je me disais « tiens-donc, la réalité est tellement belle ! » (très rare mais c’est arrivé). Un petit échange sur Slack avec les Parleuses à propos de l’atelier ‘carte blanche recherche’. Et quelques minutes après, je reçois votre mail. La réponse tant attendue. J’étais sans voix. Après la joie, je me suis mise à remettre en question la légitimité de l’entretien imaginaire que je retouchais pour l’atelier des Parleuses. Mais, comme je sais maintenant que notre rencontre (cette fois-ci réelle) est désormais programmée pour octobre 2019, à Paris, je me dis que ce dialogue a peut-être ses raisons d’être. Ou peut-être pas, je n’en sais rien…

Chère Joumana, je tiens à vous remercier de tout mon cœur et encore une fois pour votre réponse du 26 juillet et je vous dis au grand plaisir de vous rencontrer et de papoter avec vous, de Fayrouz, de Schéhérazade, de Lilith et d’autres−de vive voix.

Amicalement,

Nessrine


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search