La femme en morceaux d’Assia Djebar (Extraits)

 

Illustration de couverture: Eugène Delacroix, La Mort de Sardanapale (détail),  Musée du Louvre Paris.

Une nuit à Bagdad. Au fond, tout au fond du cours large, légèrement en pente du fleuve, un endroit entre la ville et le palais. Là, au fond de ce fleuve, le Tigre, dort un corps de jeune femme. Un corps coupé en morceaux.

Les morceaux soigneusement enveloppés d’un voile.

D’un voile blanc de citadine. Un voile de lin à peine entaché. À peine ensanglanté.

Le voile est plié dans un tapis. Un tapis du Kurdistan. Un tapis de soie et de fils d’or. Un tapis précieux.

Le tapis, à demi roulé, est mis à l’abri dans une couffe. Une large couffe faite de feuilles de palmier. Feuilles récemment coupées. Coupées cet automne même. La saison d’hiver n’est pas encore commencée.

La couffe de feuilles de palmier est cousue soigneusement de fil de laine. De laine rouge de bonne qualité. Cousue vigoureusement.

La couffe, enfin, est conservée à l’intérieur d’une caisse de bois d’olivier. Une caisse scellée. Une caisse lourde à la serrure ouvragée. Achetée chez le meilleur artisan des souks de la ville. 

La caisse gît au fond du Tigre. Au fond de son lit. Le courant l’a poussée insensiblement de quelques mètres. Peut-être davantage, entre la ville en bas et le palais du calife surplombant le passage où la pente est la plus forte.

Peut-être la caisse a-t-elle été entraînée, malgré son poids, là ou le Tigre entre dans la ville…Dans la caisse, dans la couffe de feuilles de palmier, à l’intérieur du tapis roulé, enveloppé du voile de lin blanc, le corps de l’inconnue dort.

Le corps de la femme coupée en morceaux […] La caisse est transportée par le vigoureux Massrour jusqu’au palais. Sous les fambeaux, Djaffar et Massrour brisent la serrure. Trouvent la couffe. Coupe le fil de laine rouge. Déplient le tapis précieux. Entrouvrent le voile de lin blanc à peine taché. Découvrent le corps de la femme. De la jeune femme en morceaux.

L’inconnue qu’ils contemplent est, nous précise le récit de la sultane mythique, “blanche comme le vierge argent”!

[…] Atyka, tête coupée, nouvelle conteuse, Atyka parle de sa voix ferme. Une mare de sang s’étale sur le bois de la table, autour de sa nuque. Atyka continue le conte. Atyka, femme en morceaux…. La voix d’Atyka commence à perdre souffle, comme si les mots, étouffés par le sang qui s’était mis à s’égoutter, à ruisseler sur le bois de la table, se noyaient eux-même. 

[…] Le corps de la femme coupée en morceaux. Le corps, la tête. Mais la voix?


Assia Djebar, “La femme en morceaux” (Conte), Oran, langue morte, Actes Sud, 1997, pp. 163-215. 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search