“Penser mes pieds ancrés dans les nuages”

Je n’ai jamais été fan de Schéhérazade.

Pourtant je sais que, en tant que femme arabe, je suis censée être pleine d’admiration, ou du moins soutenir sa cause. Il n’en est rien.

On pourrait croire, à première vue, que je suis jalouse. Schéhérazade par-ci, Schéhérazade par-là: elle surgit de sa boîte de Pandore à chaque mention d’une femme arabe écrivain où que ce soit dans le monde. Mais je ne suis pas jalouse. C’est impossible. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Dans notre culture, voyez-vous, Schéhérazade est constamment célébrée comme une femme à qui sa culture, son imagination et son intelligence ont permis d’échapper à la mort en trompant “l’homme” par ses histoires sans fin. Mais ce schéma de la tromperie de l’homme ne m’a jamais vraiment plu […] (p.127)

Je suis la femme que je ne suis pas à l’instant,

toutes les choses et les gens que j’étais hier,

que je serai demain,

et qui font

défont,

refont qui je suis.(p.141)


Joumana Haddad, J’ai tué Schéhérazade. Confessions d’une femme arabe en colère, traduit de l’anglais par Anne-Laure Tissut, Actes Sud, 2010.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search