La Kahéna, reine et guerrière d’Ifrîqiyâ

Dihya dans l’H(h)istoire.s, les mémoires, les littératures & les arts1

“Que ma parole coule comme un ruisseau d’eau claire, je vais raconter l’histoire d’une Reine au temps des hommes libres. Que celles qui m’écoutent en soient dignes. Elles aussi sont des princesses qui vont vivre et témoigner à leur tour. Écoutez et retenez!” −Derri Berkani, La Kahéna de la Courtille, L’Harmattan, Paris, 2002, pp.30-31.

Le film Fadhma n’Soumer (2014) de Belkacem Hadjaj est souvent accompagné par cette illustration généralement considérée comme la représentation de la Kahéna. En réalité, cette image est du peintre français Émile Vernet-Le compte, et elle représente non pas la Kahéna mais une Femme berbère (1870)

Mille et un noms, et une femme

Dihya2 ⴷⵉⵀⵢⴰ (en berbère), également surnommée al-Kāhina ou Kahéna (qui signifie “devineresse”) en raison de ses dons sybillins. On raconte qu’elle prévoit l’avenir à travers ses rêves prémonitoires. On dit, par exemple, qu’elle voit venir la trahison de Yazīd3 (un otage que certains pensent son fils adoptif et que d’autres considèrent comme son amoureux caché). La légende dit que ce dernier−captif mais très bien traité, espionne la reine pour le compte du gouverneur Hassān Ibn N’umān. Yazīd écrit une lettre qu’il remet à un messager dans une galette de pain. Le messager à peine parti, la Kahéna, cheveux au vent, effarée, sort et prévient ses fils que leur perte se trouve dans ce que mangent les gens4). Voilà pour sa prévoyance qui suscite autant d’admiration que de crainte superstitieuse.

Fille de Thabet, chef guerrier de la tribu de Djéraoua, Dihya est une reine berbère qui aurait perdu sa mère et son frère dans un incendie. Reniée−raconte-t-on− par son père qui, à sa naissance, se sent battu et impuissant parce qu’il s’attendait à avoir un garcon et pensait qu’une fille ne peut accéder au trône. Et “PARCE QUE C’EST UNE FEMME”, elle apprend toute seule à manier l’épée. On n’en sait pas plus sur sa vie ou la manière dont elle règne. On raconte qu’elle aurait aimé Koçeila, qu’elle a deux fils (l’un de père berbère, l’autre de père grec), ou trois− si l’on croit à l’hypothèse de Yazīd comme fils adoptif.

De toute évidence, son surnom a pris le dessus car elle est presque toujours désignée par la « Kahéna », aussi bien dans les textes historiques que littéraires. On pense que « Dihya » vient de « Tacheldit »,  « belle » en chaoui. Les Berbères l’appellent aussi « Dihya Tadmut » ou « Dihya Tadmay », deux mots qui signifient « gazelle ». Elle serait ainsi, probablement, la « belle gazelle ». En arabe, « dāhiya » veut dire « habile, rusé » ; quant à son surnom « Kahéna », on raconte qu’il serait une dérivation de « kohn, kohen » qui signifie « prêtre » en hébreu et en arabe5.

La Kahéna compte à son actif une longue liste de sur-pré-noms. Une chose est sûre (enfin peut-être !), l’historien Ibn Khaldoun (1332-1406) avance l’hypothèse du surnom al-Kāhina comme conséquence de la capacité de la reine à prédire l’invisible. C’est à lui aussi que l’on doit l’indication sur son âge : elle aurait 127 ans au moment de sa mort. En revanche, on ignore toujours sa date de naissance. Alors Dihya, Damya, Kahina, 127 ans, païenne, adoratrice de Gurzil6, juive ou chrétienne ? Nous ne le saurons peut-être jamais. Il y a un point sur lequel historiens et commentateurs me semblent d’accord : le courage de la reine et son statut de cheffe politique qui a marqué d’une pierre blanche l’Histoire de l’Afrique du Nord.

127 ans, cheveux miel et (re)belle

« C’est la tête haute et le pas décidé qu’elle se retrouva dans les ruelles de Kairouan. Les badauds la suivaient du regard, certains lui emboitaient le pas, séduits par les ondulations de ce corps élancé, l’élégance et la noblesse de sa silhouette, intrigués surtout par l’étonnante liberté qu’affichait toute sa personne, si insolite dans une ville dominée par le pouvoir des hommes. Consciente des regards de convoitise suscités par son passage, elle ne se laissait pas troubler. » (Didier Nebot, La Kahéna, reine d’Ifrikia, éd., Anne Carrière , 1998, p. 108.)

La Kahina © Dessin de Noureddine Zekara

Si les témoignages abondent et divergent à propos de ses dons de prêtresse (d’autres diront magicienne ou sorcière) ou encore sa religion, les indications sur son physique se font très rares. On la dit aux yeux lavandes, aux cheveux couleur de miel. Les historiens la disent belle (beauté à comprendre parfois au sens péjoratif dans la mesure où pour certains, elle se sert de son charme pour « ensorceler » les gens). Et c’est presque tout. Je pense que c’est dans l’étendu champ de la littérature qu’elle se fait vraiment belle non seulement par les couleurs des mots mais aussi par les différents « personnages » qu’elle incarnera (enfantera, dirai-je).

Entre la fibule et l’épée: portrait de Dihya en Amazone

Nous sommes au VIIe siècle7−« et PARCE QUE C’EST UNE FEMME QUI SAIT MANIER L’ ÉPÉE », et une figure hors pair de la résistance intransigeante, Dihya tient tête aux Omeyyades lors de la conquête musulmane du Maghreb.

Kahéna succède à Koçeila, chef des Ourébas (tribus berbères de l’Aurès8occidental) mort en 688, lors de la bataille de Mammès contre les Omeyyades dirigés par Zohaïr Ibn Qaïs. Chevauchant à la tête de ses armées, elle réunit, sous son commandement, sédentaires (de l’Aurès occidental) et nomades (de l’Aurès oriental dont elle est originaire) et demande main forte à tous les Berbères. Elle mène une bataille d’un bras de fer, dans son fief, sur l’oued Nini appelé « Nahr al-balā’ » (Fleuve des supplices) contre Hassān Ibn Nu’mān. Celui-ci quitte l’Égypte, en 698, pour chasser les Byzantins et marcher sur Carthage. On raconte qu’à la question de Hassān sur l’ennemi le plus redoutable, on lui avait répondu :  Dihya “Kāhinat el-barbar” (La Kahéna des Berbères). On parle d’une pluie de flèches, de chevaux mais encore de guerriers cachés derrière les chameaux ; c’est ainsi que la reine, rassemblant son peuple sous sa bannière, inflige une défaite aux armées omeyyades et réussit à repousser Hassān Ibn N’umān et ses troupes vers Tripolitaine. C’était la célèbre « bataille des chameaux ». C’est dès lors, semblable à Massinissa ou Jugurtha, que Kahéna règne sur Ifrīqiyā. Mais cela ne dure pas longtemps.

Craignant les représailles et pensant que seule la richesse du butin accapare l’ennemi, elle applique−pour arrêter ou tout au moins retarder ses adversaires− la stratégie des « terres brûlées ». Une politique désapprouvée par son peuple et qualifiée par ceratins d’ « erreur fatale ». Car oui, les Berbères vivant essentiellement d’agriculture s’opposent pour la première fois à la reine. Affaiblie, Dihya voit sa fin frapper à la porte de ses songes. La légende dit que tout  ce qu’elle a pu faire c’est de conseiller ses fils de s’allier aux Arabes. Ce qui adviendra.

Ayant eu des renforts envoyés par le calife Abd al-Malik Ibn-Marwān, Hassān Ibn N’umān9 reprend la route et contre-attaque à Tabarqa (en Tunisie), d’autres diront à Tebessa (en Algérie). Et c’est ainsi que finit l’histoire.

Mémoire saccagée, mémoires tatouées

« Ce n’est pas une légende. C’est une histoire. C’est l’histoire, répond Yma en détachant bien ses mots. Une histoire, ça permet de marcher la tête droite, de ne pas avoir le dos voûté. Dans la vie, si tu ne sais pas où tu vas…ça, on ne sait pas toujours où on va dans la vie, eh bien cette histoire te dit d’où tu viens et ça, ce n’est pas rien. » (Derri Berkani, La Kahéna de la Courtille, p.40 )

La Kahina (gouache sur papier) ©Hamsi Boubeker

PARCE QUE C’EST UNE IMMORTELLE, Kahéna est morte plusieurs fois. Tout simplement. Non, je rectifie. Elle est toujours vivante aussi bien dans le corps des femmes tatouées (dans les pays du Maghreb) que dans les mémoires. Kahéna, n’a pas été oubliée des siens ; elle est aujourd’hui considérée comme le symbole de l’amazighité, figure représentative de l’Histoire comme de l’identité des Amazighs10En Algérie, une statue a été construite au centre-ville de Beghai (à Kenchela) en 2002, par le sculpteur algérien Ali Bouteflika. Une statue qui a été vandalisée en 2016 mais très vite restaurée par des jeunes chaouis pour qui Dihya est plus qu’un simple amas d’acier corten. PARCE QU’ELLE EST PLUS QU’UNE FEMME, Dihya a aimé. Son peuple avant toute chose. Celui qu’elle a réussi à unifier (nomades et sédentaires). Celui qu’elle a défendu pendant trente-cinq longues années (vérité historique ou fiction ?) Elle a aimé. Ses deux fils : Ifran et Yazdia. Un otage : Yazīd. Aujourd’hui, en Afrique du Nord, on se proclame d’elle (l’exemple des féministes). Certains l’appellent Yemma Kahéna (mère en berbère). C’est dire la charge affective qu’elle condense et transmet à des générations qui y voient le symbole de la liberté et l’incarnation d’une femme au destin exceptionnel.

Statue de la Kahéna, à Kenchala © Ali Bouteflika

Abyssal puits, corps en morceaux, « ET SI »…

PARCE QUE C’EST UNE FEMME déifiée et mythifiée, Dihya-t-al-Kāhina meurt plusieurs fois. Autrement dit : les versions de sa fin−tragique pour certains, glorieuse pour d’autres sont innombrables. (Curieusement, et même si cela n’a rien à voir avec Kahéna, la lecture active de sa fin me fait penser à Carmen. Oui, Carmen de Mérimée. Je renvoie les curieux.euses, qui peuvent être intéressé.e.s par la critique littéraire créative, au bellissime sauvetage de Carmen11 par Sophie Rabau  dans Carmen pour changer. Il se trouve que l’on peut intervenir pour changer la fin de certaines choses, comme le destin d’un personnage.) Pour revenir à Dihya, je ne dirai pas qu’historiens, femmes et hommes de lettres et artistes ont fait du Rabau par anticipation mais une chose voisine : quand on n’est pas d’accord, on dit non. Que ceux qui admirent la reine écartent l’hypothèse de son corps en morceaux, cela me fascine. Voici quelques versions de la fin de Kahéna.

Version n°1 : elle se donne la mort, par poison car, raconte-t-on, elle dit à ses enfants que se rendre à l’ennemi serait une honte et qu’elle devrait mourir en auguste reine.

Version n°2 : elle est « prisonnière12et [puis] décapitée13».

Version n°3 : elle est tuée près d’un puits qui porte son nom Bīr el-Kāhina (Le puits de la Kahéna), sa tête tranchée est envoyée en guise de trophée au calife omeyyade. Certains disent qu’au moment de sa mort, l’ennemi aurait prononcé « Ce n’était qu’une femme ! »

Version n°4 : (là on bascule clairement dans le fantastique). Après sa mort, son âme devient errante. Ceci dit, Kahéna serait aujourd’hui quelque part parmi nous, peut-être en train de faire ses courses dans un supermarché où elle rencontre un certain Ulysse qui l’invite à prendre un café sur la terrasse d’une Odyssée. 

Version n°5 : Ceci-est-un-exercice-de-fiction, disons le début d’une «variation sur la fin de Dihya ou raconter une hi(vie)stoire avec des ” ET SI”». L’autre jour, j’avais le blues, non pas que je n’aie pas des livres à lire, des fiches de lecture à faire ou des pages à noircir. Mais tout simplement je voulais être ailleurs. Après quelques minutes de recherche et d’hésitation, je me suis trouvée en train de regarder « Lettres à Juliette », réalisé par Gary Winick mort neuf mois après la sortie de son film en 2010 (la vie est un sacré scandale, je dis ça, je ne dis plus rien !) À vrai dire, ce n’est pas Juliette qui m’intrigue, c’est plutôt « la lettre » ; fidèle à mes habitudes (comme regarder un film ou encore écouter de la musique en prenant des notes. Pourquoi, dites-vous ? Et bien je n’en sais rien. Sauter le synopsis et faire confiance au titre (enfin à la valeur surdimensionnée que j’accorde au titre). Le film commence. Je regarde. Nihil novi sub sole. Un couple : Sophie et Victor s’aiment et partent en pré-lune du miel à Vérone, en Italie. Je suis perdue dans mes pensées, je regarde le toit, je vomis mes états d’âme et je me mets à me convaincre de mon désintérêt pour le film. Et tout d’un coup : il y a eu le mur de la maison de Juliette Capulet sur lequel des gens de partout viennent coller des petits mots. Cette scène m’interpelle. Je m’investis donc affectivement et activement dans le film. Bref, Sophie qui était vérificatrice de faits historiques dans le New Yorker découvre ce mur ainsi que les femmes « Secrétaires de Juliette » ; celles qui ramassent les lettres et y répondent.  Je n’entre pas plus dans les détails. Sophie se trouve embarquée dans cette folle expérience et rejoint les secrétaires. Un beau jour, elle découvre, sur le vieux mur, sous une pierre, une lettre écrite par une certaine Claire Smith, datée de 1957 et adressée à un Lorenzo Bartolini. On comprend que Claire et Lorenzo se sont aimés, que leur histoire s’est mal finie. Émue, Sophie répond à la lettre. Claire la reçoit et débarque à Vérone avec son petit-fils, Charlie. Se lancent ainsi les enquêtes pour retrouver le Lorenzo de Claire. Et elle le retrouve. Et l’histoire finit par leur mariage. Pendant la cérémonie, Claire lit la lettre envoyée par Sophie qui a entre-temps quitté Victor, car amoureuse de Charlie). C’est à mon avis le meilleur moment de cette histoire non pas que j’apprécie les happy end (alors là pas du tout, je sais que la vraie vie est **autrement !) mais c’est que la lettre entre physiquement dans mon champ de vision comme personnage et ça, c’est passionnant. Je ne peux pas la citer de mémoire mais j’ai retenu ceci (je reformule ce qu’écrit Sophie à Claire) : les mots « et » et « si » n’ont pas une grande valeur quand ils sont séparés mais, combinés ils donnent ceci « ET SI, ET SI »…

En réalité, j’ai visionné cette séquence une dizaine de fois ! J’aurais peut-être l’occasion d’en parler dans un autre billet mais là, je dois vraiment revenir à la petite parenthèse des « ET SI » qui changent le cours des h-i-s-t-o-i-r-e-s!

« ET SI »…. Kahéna ne meurt pas à la fin de l’histoire ? Et si elle tombe amoureuse non pas de Yazīd mais de l’historien Ibn Khaldoun ? Et si Dihya accouche d’une Shéhérazade ? Et si, par une nuit étoilée, Kahéna se rend en Antarctique et se fond en larmes ? ET SI Kahéna était m-amer ? (Ça alors !)

Cette ébauche d’exercice de lire-écriture “active” vous invite, si cela vous parle, à vivre cette expérience pour le moins incroyable : intervenir dans la vie d’un personnage ! Si cela vous semble “idiot” ou “absurde” eh bien, ne lisez pas la version n°5 et si c’est déjà fait, reprenez sagement le cours de votre vie.

  • Ce texte a fait l’objet d’une première publication dans le cadre de l’atelier “Un Jour, une Parleuse” du carnet de recherche “Les Parleuses”.

NOTES

  1. NB. Dihya−tout comme plusieurs autres figures historiques devenues légendaires, féminines et masculines− est à comprendre dans sa totalité et ce, à la lumière des données historiques mais aussi dans le miroir des œuvres dans lesquelles elle s’insère. Ceci dit, le Portrait (certainement fictif, très approximatif et aux contours flous) de Dihya serait, à mon avis, la somme de tout ce qui a été imaginé/fait/dit sur elle. Elle est dès lors à lire-voir dans sa pluralité, à découvrir dans sa multiplication à l’infini, et à saisir dans le pullulement de ces petits inter-non-tra-dits qui nous échappent. []
  2. Il importe de rappeler que les historiens ont du mal à la situer chronologiquement. Une chose est certaine : la Kahéna est une réalité historique. Elle a bel et bien existé. Mais les informations sur la date de sa naissance, son âge ou sa mort changent selon les versions. La synthèse de toutes les dates avancées peut nous permettre de la situer entre 585 et 712 ou encore entre 961 et 703. Le premier texte sur la Kahéna remonte à Wâqidî (822) mais ce texte est rapporté par Ibn al-Athīr (historien du XIIe siècle). Voici ce qu’en dit Ibn al-Athīr : « Wâqidî rapporte que la Kāhina se montra courroucée à cause de l’assassinat de Kusayla. Elle a gouverné Ifrîqiya et a infligé à ses habitants des actes horribles Elle les brutalement opprimés. Après la mort de Zuhayr Ibn Qays en 67, les Musulmans de Qayrawân subirent de forts dommages.  Abd al-Malik désigna Hassān Ibn N’umân en Ifrîqiya. Celui-ci marcha avec une armée considérable contre la Kāhina. Ils combattirent, les Musulmans furent battus, et plusieurs entre eux furent tués. Vaincu, Hassān regagna les environs de Barqa et s’y installa en 74. Abd al-Malik lui envoya une armée énorme avec l’ordre d’attaquer la Kāhina. Hassān attaqua la Kāhina Il la battit et la tua ainsi que ses fils. Il retourna ensuite à Qayrawân », Ibn Al-Athīr, Al-Kâmil fî al-târîkh, Beyrouth, 1965, vol IV, p. 371. []
  3. Khalid Ibn el-Yazīd, certains pensent qu’il serait le neveu du général arabe Hassān Ibn N’umān, pour d’autres, il serait son petit-fils. []
  4. Ibn Abd al-Hakam, Futûh misr wa al-maghrib, Charles. C. TORREY (éd.), New Haven, Yale University Press, 1920 (traduction française d’Albert Gâteau, Conquête de Afrique du Nord et de Espagne avec le texte arabe annoté, Paris, Carbone,l 1947, p.79. []
  5. Nahla Zéraoui, Les différents statuts de la Kahéna dans la littérature française, thèse de doctorat (551 pages) soutenue en décembre 2017 à l’Université de Franche-Comté, pp. 10-12. []
  6. Dans la mythologie berbère, Gurzil ou Agurzil est le dieu du tonnerre, représenté par une tête de taureau. []
  7. Les traces écrites de cet épisode datent du IXe siècle ; ce qui veut dire que « textuellement la légende n’a commencé qu’un siècle et demi plus tard » (p.667). Abdelmajid Hannoum, « Historiographie et légende au Maghreb : la Kâhina ou la production d’une mémoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 54 année, N. 3, 1999. pp. 667-686. []
  8. Massif montagneux de l’Atlas saharien dans le Nord-Est de l’Algérie. []
  9. On dit qu’il a été informé, par Yazīd, de la situation préoccupante des Berbères plus que jamais divisés et de plus en plus éloignés de leur reine. []
  10. Traces de la Kahéna :

     

     

    Amphithéâtre d’El Jem, (situé dans l’actuelle ville tunisienne d’El jem), également appelé “Colisée de Thysdrus” ; on dit qu’il a servi de citadelle à la Kahéna. On pense qu’elle y a installé son commandement.

    Le rocher de la Kahéna (Aurès)
     

     

    Le canyon de Tajmint ou le refuge de la Kahéna, situé au Sud-Est d’Alger.C’est d’ici que la Kahéna pilote ses troupes et surveille l’arrivée de l’adversaire. © Omar Sefouane pour Jeune Afrique

     

     

    Bīr el-Kāhina (Puits de la Kahéna), c’est ici qu’elle a été jetée par ses ennemis après l’avoir décapitée, selon certaines versions, photographié par Nourredine Louhal.

    []

  11. Sophie Rabau, Carmen pour changer. Variations sur une nouvelle de Prosper Mérimée, Anacharsis, 2018. []
  12. Al-Bakrī, Kitâb al-mughrîb fî dhikr ifrîqiyya wa al-maghrib, traduit et édité par l’orientaliste William Mac –Guckin De Slane, sous le titre Description de l’Afrique septentrionale, 1857, nouvelle édition, Adrien-Maisonneuve, 1965, p. 121. []
  13. Mouldi Zouari, Tabarka, une princesse nommée corail, Éd. Centenaire de la Municipale de Tabarka (1892-1992), 1992, p.19. []