Quand Schéhérazade (par une distraction magique du copiste) se met à raconter l’histoire des 1001 Nuits

Tout le monde imaginait qu’il y avait deux ouvrages. Personne ne pensa que le livre et le labyrinthe étaient un seul objet. Le Pavillon de la Solitude Limpide se dressait au milieu d’un jardin peut-être inextricable; se fait pour avoir suggéré aux hommes un labyrinthe physique. Ts’ui Pên mourut; personne, dans les vastes terres qui lui appartinrent, ne trouva le labyrinthe; la confusion qui régnait dans le roman me fit supposer que ce livre était le labyrinthe. Deux circonstance me donnèrent la solution exacte du problème. L’une la curieuse légende d’après laquelle Ts’ui Pên s’était proposé un labyrinthe strictement infini. L’autre un fragment de lettre que je découvris […] Je laisse aux nombreux avenirs (non à tous) mon jardin aux sentiers qui bifurquent […] Avant d’avoir exhumé cette lettre, je m’étais demandé comment un livre pouvait être infini. Je n’avais pas conjecturé d’autre procédé que celui d’un volume cyclique, circulaire. Un volume dont la dernière page fût identique à la première, avec la possibilité de continuer indéfiniment. Je me rappelai aussi cette nuit qui se trouve au milieu des 1001 Nuits, quand la reine Schéhérazade (par une distraction magique du copiste) se met à raconter textuellement l’histoire des 1001 Nuits, au risque d’arriver de nouveau à la nuit pendant laquelle elle la raconte, et ainsi  l’infini.


Jorge Luis Borges, Fictions, “Le jardin aux sentiers qui bifurquent”, Gallimard, traduit de l’espagnol par P. Verdevoye, Ibarra et Roger Caillois, 1983, pp.99-100.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search