Jocelyne Saab, une artiste d’action

Fécondation in video

Jocelyne Saab (1948-2019) est une éminente réalisatrice et photographe franco-libanaise considérée comme à la fois pionnière et novatrice du « nouveau cinéma libanais ». Après des études de sciences économiques qu’elle commence à l’Université de Saint-Joseph à Beyrouth et achève à la Sorbonne, J. Saab se consacre aux arts. Elle commence sa carrière d’artiste prolifique en tant que journaliste- engagée par la poétesse libano-américaine Etel Adnan- dans les colonnes d’An-Nahar. Au début des années 1970, Saab devient reporter de guerre et tourne- forte de sa profonde connaissance de la région- plusieurs reportages couvrant tout le Moyen-Orient1avant de se focaliser sur le Liban saccagé par la guerre civile (1975-1990). En effet, de ses documentaires beyrouthins allant de 1975 à 2016, se dessinent les circonférences effectives d’une cartographie géopolitique et affective de la souffrance de sa ville natale et ses habitants. Ceci dit, penser l’histoire du Liban en mutation revient pour elle à mettre en œuvre son regard qui lui permet de pénétrer les zones d’ombre afin de les éclairer différemment, dans l’espoir d’en faire des images, autres que celles diffusées par les médias de masse. En faisant de la caméra l’extension même et de son corps filmant et des sujets filmés, J. Saab met en relief l’interaction de son regard avec les situations et espaces explorés2. Dans ce sens, sa trilogie de Beyrouth est un bel exemple. Elle y rénove le documentaire tel que connu jusque-là. Qu’il s’agisse de Beyrouth, jamais plus (1976), de Lettre de Beyrouth (1978) ou de Beyrouth, ma ville (1982), la réalisatrice se fait remarquer, d’un côté, par l’espace dédié au pouvoir indubitable de la parole (pour ces trois films, J. Saab fait appel aux mots de la poétesse E. Adnan et du dramaturge Roger Aassaf). De l’autre, le génie de sa filmographie consiste à inscrire les atrocités de la guerre dans une réalité absconse, matérialisée tout de même par l’omniprésence du corps filmeur (celui de la réalisatrice) dans l’image. La voici, par exemple dans cette séquence, de retour à la maison de son enfance dont les ruines encombrent notre champ de vision pour (inter-tra) dire la tragédie.

J. Saab de retour à la maison de son enfance. Séquence tirée de Beyrouth, ma ville (1982) © Nessim Ricardou-Saab

De fait, elle parvient à affirmer son propre style de documentaire marqué par l’attention accordée à la subjectivité amenant du renouveau dans le cinéma arabe : avec la genèse d’une esthétique cinématographique qui se nourrit principalement du terrain dans tous ses états3.

Une image dit plus que mille mots : l’Occident et l’Orient revisités par J. Saab

Saab abandonne pourtant le documentaire au profit du 7e art. Un choix qu’elle explique en ces termes :

[…] vint le jour où je me suis lassée, ou plutôt, où mes yeux se sont lassés ; je ne voyais plus rien – trop de morts, trop de souffrance. Je suis alors passée à la fiction, à partir de 1985 avec Une vie suspendue. Je voulais avancer, travailler l’image autrement. La troisième époque de ma carrière est née lorsqu’on m’a fermé des portes, notamment avec Dunia en Égypte qui fut censuré. Je me suis alors tournée vers la photographie. Une nouvelle manière de faire de l’image, seule, pour ne pas s’arrêter ((« Portrait de Jocelyne Saab », Propos recueillis par Mathilde Rouxel, Beyrouth. Entretien publié dans Les clés du Moyen-Orient,  le 9 juillet 2015, et actualisé le 8 janvier 2019, in : https://www.lesclesdumoyenorient.com/Portrait-de-Jocelyne-Saab.html )).

Le moins qu’on puisse dire c’est que la réalisatrice a été affectée par la censure de son film Dunia. Kiss me not on the eyes. En revanche, il était impensable pour elle de capituler. Sa riposte consiste dès lors à persévérer dans la résistance en défonçant, bon gré mal gré, les portes fermées. Après un bref passage par le désert où elle photographie des sahraouis pour ainsi se ressourcer dans la nature, J. Saab exorcise son malaise vis-à-vis des tribulations de Dunia en faisant de son appareil photo un bouclier pour défier les réprobations de la société dont elle va dénoncer l’hypocrisie. Tout d’abord, elle propose sa collection de cent photographies Sense, Icons and Sensitivity (2007), scindée en deux thèmes « qui invitent […] à décrypter le regard porté par les arabes sur eux-mêmes, particulièrement leurs femmes et leur apparence sexuée4». Les deux séries s’intitulent respectivement Soft Architecture et Le revers de l’Occidentalisme. Pour Soft Architecture, J. Saab réalise des photos abstraites scrutant des formes issues de la tradition bédouine notamment celles des tentes, qu’elle transpose en milieu urbain en élaborant des gros plans de tissus, à différents moments de la journée.

Jocelyne Saab, 2007. Source : « Catalogue Paroles d’artistes : J. Saab, n°1», Agenda Culturel © N. Ricardou

« Regard duel », J. Saab, 2007. Source : « Catalogue Paroles d’artistes : Jocelyne Saab, n°1», Agenda Culturel © N. Ricardou

Au fond, et en plus de la symbolique de son titre, cette image est intensément figurative dans la mesure où le mot « œil » (el ‘aïn ) en arabe est polysémique. S’il désigne essentiellement « العين الباصرة », c’est-à-dire les yeux qui nous permettent de voir, « el ‘aïn » peut signifier aussi « العين الجارية », qui veut dire l’eau de source. Ce même terme peut avoir -par extension- d’autres acceptions : « العين », comme tout à la fois synonyme d’une personne voyeuriste et comme équivalent de ce qui est matériellement présent (dont le pluriel est « أعيان »).   Il peut renvoyer également à «قدرة العين على الأذى يحدثها العائن », autrement dit ce qu’on appelle dans certaines cultures « le mauvais œil »5. Ceci dit, il convient d’observer que du jeu des lumières divergentes et des dynamiques d’ombres mariées à des mouvements ondoyants, se dessine le portrait inédit du désert –que la photographe affectionne tout particulièrement. L’enjeu est en effet de rompre avec une certaine image arcadienne de la vie nomade que l’on trouve certes sensuelle et admirable mais, dont les architectures mouvantes et l’esthétique complexe restent à explorer. Une idée qu’elle développe autant dans sa deuxième exposition Le revers de l’Occidentalisme où elle réfléchit aux rapports entre le monde arabe et la mondialisation touchant par là même à des sujets comme la politique ou la religion. Pour cette série, J. Saab recourt à des images kitschiques6qui apparaissent, par leurs composants hétéroclites et l’inquiétante étrangeté des situations auxquelles elles renvoient, comme tout à la fois la subversion de certaines idées répandues en Orient et la quête de nouvelles dimensions esthétiques, autres que celles socialement et politiquement prescrites. C’est effectivement ce que fait Saab à partir de poupées Barbie et bien d’autres icones7 :

Je cherche le lieu où je vais faire la photo, je trouve les personnages que je veux prendre, je me saisis de ces icônes et je les mets dans le lieu que j’ai trouvé, je les fais se regarder et elles deviennent des acteurs à travers la sensibilité que je leur prête. Je ne les utilise pas comme des poupées de plastique. Je les fais se regarder pour que l’image donne l’impression d’une petite histoire8.

En mettant en scène des personnages en plastique et en céramique, qu’elle collectionne au grès de ses déambulations dans les marchés du Caire, de Beyrouth et de Damas, J. Saab revisite -pour le(re) définir- le rapport des sociétés orientales à l’Occident.

« Fishing On the nile », 2007. Source : Catalogue « Paroles d’artistes : Jocelyne Saab », Agenda Culturel © N. Ricardou

« After war », 2007. Source : Catalogue « Paroles d’artistes : Jocelyne Saab », Agenda Culturel © N. Ricardou

En contrepoint aux idées d’ Edward Saïd sur ce qu’on appelle l’orientalisme- (l’image déformée que l’Occident s’est faite de l’Orient pour pouvoir se le représenter, se définir et le dominer), J. Saab cherche à « [re]connaître l’Oriental9» en dévoilant son autre visage à travers la confrontation entre un personnage masculin oriental au keffieh (en écho avec le cliché de l’homme dans les années 1930 à 1950, arborant un sourire  et une pose héroïques) et un personnage féminin occidental, représentée par la poupée Barbie et sa chevelure blonde. Ces deux personnages lui permettent de comprendre non seulement 

[…] ce qu’est cet ‘Occident’ qui fascine l’‘Orient’ et qui en est pourtant rejeté par l’imaginaire arabe, [mais aussi de se demander], en se référant à Edward Saïd, « si l’orientalisme peut être séparé de l’occidentalisme, et s’il est réellement innocent du regard déformé de l’Occident, puisqu’il induit également des représentations stéréotypées de tout ce qui est considéré occidental, tout comme le faisaient les orientalistes »10.

Ainsi, Saab part de l’image de la femme chosifiée –que les féministes n’ont cessé d’ailleurs de déconstruire- pour tourner en dérision les frustrations sociales et politiques de la femme orientale et montrer du doigt la réalité de la société arabe contemporaine.  S’en suit une série de six entretiens intitulée Café du genre (2013) où J. Saab -forte de son inébranlable expérience de réalisatrice- convoque la voix de six artistes et personnalités méditerranéennes (à l’instar de l’écrivaine Joumana Haddad, le danseur Alexandre Paulikevitch, le chorégraphe Walid Aouni, le peintre Adel Siwi, la féministe Wassyla Tamzali, et les deux fondateurs de la compétition de l’Ocra d’Or récompensant le film considéré comme le plus masochiste de l’année, Cuneyt Cebenoyan et Melek Ozman). L’intention est de varier les points de vue afin d’interroger au mieux la question spinescente du féminin, de la sexualité et du corps dans le monde arabe11.


NOTES

  1. J. Saab réalise une série de reportages pour des chaînes internationales dans plusieurs pays tels que l’Irak (la guerre d’Octobre), la Libye (où elle couvre la Révolution verte de Kadhafi) ou encore le Golan syrien. []
  2. Voir à ce sujet, Christian Lallier, Pour une anthropologie filmée des interactions sociales, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009, p.13. []
  3. Par exemple, dans Fécondation in video (1991), la réalisatrice rend hommage à la vie par le biais de la fécondation in vitro, qu’elle filme grâce à sa caméra placée sur une sonde pour saisir aux mieux et dans sa profondeur le corps humain.  Un geste symbolique qui lui permet non seulement de faire valoir le potentiel de vitalité humaine, mais aussi de marquer sa volonté de contribuer à la (re)création d’une image unique et un regard nouveau. []
  4. Mathilde Rouxel, « Jocelyne Saab : Filmographie, Arts plastiques, Expositions, Prix », La Furia Umana [En ligne]. []
  5. Définition du mot « el ‘aïn » faite à partir de la source suivante : dictionnaire Mû’jam el ma’âni. Li kulli rasmin mâ’nā [En ligne]. []
  6. Le kitsch à entendre non pas dans son emploi courant mais, dans le sens kundérien du terme : « le kitsch, [comme] la traduction des idées reçues dans le langage de la beauté et de l’émotion. » (M. Kundera, L’Art du roman, Paris, Gallimard, 1986, p. 196). Pour le dire autrement, le kitsch non seulement comme une question de goût et d’esthétique mais aussi comme l’une des modalités possibles pour être dans le monde. []
  7. J. Saab recourt à plusieurs icones dont la poupée Barbie, l’homme au keffieh, Marilyn, Saddam Hussein ou encore Coca Cola. []
  8. Entretien de Vicky Habib avec J. Saab, paru dans le journal Al Hayat « الحياة » (en arabe), novembre, 2006. []
  9. Edward W. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit de l’américain par Catherine Malamoud, Éditions du Seuil, 1980, p.73. []
  10. Extrait du diaporama fait et commenté par Nadine Khalil pour le catalogue « Paroles d’artistes : Jocelyne Saab n°1 » et édité par l’Agenda culturel. []
  11. Café du genre, 27’, 2013 est une série de six courts-métrages d’environ quatre minutes chacun, réalisés par J. Saab. Café du Genre I : Table du Fou Vert. Café du Genre II : Table du Peintre pharaon et ses danseuses. Café du Genre III : Table de la revue du corps. Café du Genre IV : Table de l’Ocra d’Or. Café du Genre V : Table de la danse et de l’orgueil. Café du genre VI : Table de l’exigence. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search