Appel à contributions pour un ouvrage collectif “Beyrouth, la reprise”

Un corps de feu en explosion d’artifices. Inspiration qui fait le tour d’un cœur. Un champignon rose, des éclats de verre, le bruit, étrange, du fer tordu, les murs sur le sang. Silence. Sirènes, fumée. Cris en bouquet, réveils à peine esquissés. 

On nous l’apprend : on est le 4 août 2020, à Beyrouth, lieu d’une explosion apocalyptique, biblique, cinématographique. Des centaines de morts, de disparus, des milliers de blessés, des appels qui se bousculent et qui basculent—parfois— dans le vide, pendus aux fils électriques. Des hôpitaux démolis, en crise ou surchargés ; des médecins dépossédés de leurs moyens, de leurs instruments, des patients hagards, pieds nus, évacués, perfusions au bras. 640 bâtiments historiques touchés, au moins 8 000 bâtiments endommagés, un patrimoine défiguré, le musée national de Beyrouth, le musée Sursock, le musée archéologique de l’Université américaine de Beyrouth, des espaces culturels, des galeries et des sites religieux, des cafés, des restaurants, des commerces. La colère dans les rues, le deuil, les processions. Les balles que l’on lance contre les manifestants, des bombes lacrymogènes qui déchirent les lèvres, consumées par Beyrouth. 

Et l’incompréhension, encore et toujours.

Les cauchemars. Les visages sans adresse. Beyrouth est d’un silence qui fait croire aux revenants. Les sueurs froides, la nuit. La bougeotte. L’attente terrible, et la peur au ventre—que ça ne se reproduise. Les incendies au port, des semaines plus tard.

L’explosion au Sud-Liban. Les incendies au port. Reprise ?

La passante, le serveur, l’inconnue, l’ami, le voisin que l’on croise et qui demande : « où étais-tu quand c’est arrivé ? » —soulagé de te retrouver, décombre parmi les décombres. Et l’incompréhension, encore et toujours. Tenter la reprise, rebrousser chemin tous les jours, reprendre le fil du récit, répondre à la question « où étais-tu quand c’est arrivé ? », sans y croire. Répondre avec la même incrédulité.

Que pointe l’aiguille d’une montre sans cadran ?

L’appel à propositions interroge la reprise, nécessaire, de la tragique explosion du 4 août. La reprise s’oppose, par définition pour Søren Kierkegaard, à la pure répétition—impossible— du même. La reprise est recréation trouée, laquelle assume les aléas de la mémoire, ses failles, ses imprécisions. Reprendre Beyrouth, c’est déjà se trouver sur un terrain miné, à ramasser des éclats de visages, de sens, de chronologie. Reprendre Beyrouth, c’est aussi la repriser, en suturer l’architecture, l’histoire, l’héritage, la sauver de sa propre béance.

Le vacarme incessant sature Beyrouth, par ondes de choc. Éclats de verre, sirènes, le ronronnement et bourdonnement d’avions (imaginés, vus, rêvés, craints), cris, sanglots, souffles, échos de voix, pulsations, tachycardies (ce que nous appelons le white noise) rayent le tissu sonore de la ville, traversant des habitants dont le corps ne marque plus de silence—pause nécessaire à toute mise en vibration, à toute intériorisation cohérente de l’information sensorielle. Cette surexcitation des sens informe notre relation sonore, visuelle, olfactive à la ville—venant, par conséquent, annuler tout contraste et toute perception distinctive. La surstimulation sensorielle (d’une intensité variable depuis la guerre civile et qui trouve son acmé avec l’explosion) conduit à une perturbation des sens, rendant difficile leur traitement et leur différenciation. La complexité des sons, l’intensité de l’écho dantesque et répétitif qui nous habite vient se juxtaposer au traitement déjà multiple de notre corps. En effet, notre corps est d’une grande puissance synesthésique et unificatrice : nous voyons la dureté du verre brisé, nous en touchons la douleur, nous goûtons à l’acuité des sons qui nous ferme les yeux, nous brûlons quand nous voyons la couleur, métallique, du sang. L’explosion met à mal la capacité du corps à coordonner des sens différents, à produire une œuvre cohérente et synesthésique, à formuler un récit qui ne soit parasité par le fantôme de sa propre mise au silence. L’intensité de l’explosion est telle qu’elle peut provoquer l’annulation des sens, leur éclatement, leur incohérence.  Le trop-plein sensoriel peut même protéger le corps qu’il entoure de surdité (atteignant tous les sens), mis à distance d’une ville devenue irrespirable. La saturation sensorielle peut causer un arrêt sur image, creusant ad nauseam un enfer dantesque dont on ne finit jamais de faire le tour. Le silence révèle sa puissance assourdissante, renvoyant à celui des autorités qui se dérobent de toute responsabilité, qui enrobent les victimes d’un statut religieux (celui de martyr) et la ville d’un mythe (celui du phénix).

L’ouvrage n’a pas pour but de produire une catharsis, personnelle ou collective ; il ne relève ni du documentaire, ni de l’exactitude (par ailleurs impossible). Il vise à penser la ville et notre vécu comme espaces de morcèlement et d’ecchymoses, de suspension ou de reprise d’une relation (avec la ville, avec notre corps, avec notre identité collective) aujourd’hui ébranlée.

  • Comment raconter la saturation sensorielle qu’impose l’explosion ?
  • Comment reconstruire l’explosion tout en prenant compte de son vacarme ?
  • Comment rendre compte du vécu, corporel, excessif de cet évènement (unique, irrépétible à l’identique, échappant à toute reproduction fidèle, traumatique, nous imposant un rôle passif de spectateur ?)
  • Comment redonner épaisseurcontrastedéfinitioncontours à un évènement qui fait éclater la distinction entre les sens et défie toute cohérence ?  Comment penser l’usage de la couleur dans la grisaille qu’impose la saturation sensorielle ?
  • Comment penser la cohabitation du corps et de la ville ? Quel urbanisme, quelle conception de l’espace, quelle architecture d’une ville fantôme ? Comment s’orienter dans les mots, les images, dans la ville ? Comment penser la cohabitation, l’être-ensemble, la notion de l’espace public dans une ville elle-même ébranlée?
  • Quel bilan architectural de la catastrophe ? Quelles conséquences de l’ébranlement sur notre traitement visuel, olfactif, sonore, textuel de la ville ?
  • Comment négocier avec la saturation d’images, de témoignages, de montage, de discours médiatiques ?

L’ouvrage, interdisciplinaire et intermédial, s’ouvre à plusieurs formes de reprises et d’expression :

  • Textes (prose et poésie)
  • Photographies, dessins, peinture, collage, bande dessinée, illustration (avec ou sans texte).

Les propositions de contribution doivent comporter les noms, prénoms et institutions d’attache, accompagnées d’un titre (s’il s’agit d’un texte) ou d’une légende (s’il s’agit d’une image). Merci de limiter ensuite les textes à 10 pages.

La publication de l’ouvrage s’accompagnera d’une exposition (le lieu et la date sont à préciser ultérieurement).

Dates à retenir :

  • Envoi des propositions : au plus tard le 20 décembre 2020
  • Avis du comité : janvier 2021
  • Publication de l’ouvrage : fin de l’année 2021

Coordonnatrices du projet :

Pamela Krause (Sorbonne université-Université catholique du Louvain) krause.pamela@yahoo.fr
Nessrine Naccach (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) nessrine.naccach@sorbonne-nouvelle.fr



Citer ce billet
Nessrine Naccach (2020, 24 septembre). Appel à contributions pour un ouvrage collectif “Beyrouth, la reprise” Histoires de(s) femmes. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8zy

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search