Shéhérazade, “La Femme en morceaux”

“Le sang ne sèche pas dans la langue1” Dans « La Femme en morceaux2 », Assia Djebar réactualise la tradition du conte des Mille et une nuits pour raconter l’histoire de Atyka, professeur de français : « une langue qu’elle a choisie [et] qu’elle a le plaisir d’enseigner3», assassinée par des intégristes, sous les yeux...